À propos des Analecta Cartusiana

Les Analecta Cartusiana constituent la première ressource internationale à propos des chartreux. Cette collection est consacrée à l’histoire et à la spiritualité de l’ordre des chartreux, depuis la fondation de la Grande Chartreuse, en 1084, jusqu’à nos jours.

James Hogg et les Analecta Cartusiana (fondés en 1970)

La collection a été fondée par James Hogg, universitaire à Salzburg, en 1970. Le numéro 1 était La publication de sa thèse sur les plus anciennes coutumes des chartreux (Die ältesten Consuetudinesder Kartäuser). Avec cette thèse, l’auteur offrait ainsi au plus large public une première édition scientifique des textes normatifs de l’ordre au xiiesiècle. James Hogg accordait en effet un très grand intérêt aux chartreux et avait lui-même vécu pendant six ans dans des chartreuses, avant de renoncer à devenir moine chartreux.  Après 1970 James Hogg, qui était un infatigable travailleur, s’appliqua à développer la collection, dans laquelle furent publiés en 48 ans plus de 330 numéros, qui correspondent à plus de 600 volumes imprimés.

Il réussit aussi à fédérer autour des Analecta Cartusiana un très vaste réseau de chercheurs dans toute l’Europe, réseau savant mais qui est aussi devenu au fil du temps un réseau amical.

Dès 1988 un premier rapprochement eut lieu entre James Hogg et des chercheurs français tous deux spécialistes de l’ordre des chartreux, Daniel Le Blévec, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Montpellier III, et Alain Girard, directeur du musée d’art sacré du Pont-Saint-Esprit et conservateur général des musées. Ils éditèrent, avec l’accord de James Hogg, des Analecta Cartusiana–Nouvelle série. La publication dut malheureusement s’arrêter en 1994, faute de financements récurrents. En 2002 ils devinrent co-éditeurs des Analecta Cartusiana.

Le CERCOR

En 2010 un rapprochement eut lieu entre James Hogg et le CERCOR, centre de recherche  spécialisé dans l’histoire des ordres religieux. Ce centre a été fondé à l’Université de Saint-Étienne (Université Jean Monnet) en 1982, par le professeur Pierre-Roger Gaussin, premier président de l’Université de Saint-Étienne et lui-même spécialiste de l’histoire des ordres religieux, notamment de l’ordre de la Chaise-Dieu. Depuis 2007 le CERCOR est une équipe du LEM (Laboratoire d’étude des monothéismes, Paris), une unité de recherche du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique).

Depuis 2010

James Hogg continua après 2010 à publier lui-même de nombreux volumes des Analecta Cartusiana. Mais, en accord avec lui, le CERCOR commença à publier ses propres ouvrages dans la collection. James Hogg souhaitait en effet qu’un centre institutionnel puisse continuer à faire vivre la collection dans la durée. Outre sa spécialisation internationalement reconnue dans l’histoire des ordres religieux, le CERCOR présentait aussi l’avantage d’être situé en France, pays de naissance de l’ordre des chartreux. À partir de 2013 Sylvain Excoffon, universitaire à Saint-Étienne et chercheur au CERCOR, spécialiste de l’histoire des chartreuses au Moyen Âge, fut aussi associé par James Hogg comme co-éditeur des Analecta Cartusiana.

La continuation par le CERCOR après le décès de James Hogg

James Hogg est décédé le 18 novembre 2018. Ce fut une immense perte puisque personne ne pourra égaler sa connaissance de l’ordre, connaissance savante bien sûr mais aussi connaissance personnelle.

Il avait explicitement souhaité que le CERCOR puisse assurer la continuation des Analecta Cartusiana et son fils unique, James-Nikolaus Hogg, a transmis ce souhait au CERCOR, en son nom et en celui de la veuve de James Hogg, Ingeborg Hogg, lors des obsèques.

Conformément aux souhaits de son père, James-Nikolaus Hogg a également transmis au CERCOR la bibliothèque de son père, qui comprenait notamment la collection des Analecta Cartusiana au complet. 

Le CERCOR est extrêmement honoré de ce double legs, celui de la charge de l’édition des Analecta comme celui de la bibliothèque.

Le CERCOR, au sein du LEM, met tout en œuvre pour assurer la meilleure continuité et la meilleure mise en valeur possible pour être à la hauteur de ce legs.

 

 

 

Mars 2019